Rachat de crédit : Mal vu par les banques ?

Au delà de 35% d'endettement, une banque n'a en théorie pas le droit de consentir un nouveau prêt à un particulier. Quand un client dépasse ce taux d'endettement, il a du mal à faire face à ses échéances et la banque prend des risques au quotidien.

Comme les banques n'aiment pas prendre des risques, elles voient donc plutôt d'un bon oeil que leurs clients passent par une solution de rachat de crédit pour sortir d'une mauvaise passe financière !

Certaines banques incitent même leurs clients à se diriger vers des organismes spécialisés en cas de difficulté. Pourquoi ? Tout simplement parce que les banques classiques n'ont pas encore les compétences en interne pour proposer une solution globale de rachat de crédit auprès de divers organismes financiers. Le rachat de crédit en France est encore un secteur d'activité relativement jeune.

Si dans les pays anglo-saxons la pratique du rachat de crédit est courante, en France les banques n'ont pas encore réagit en développant des compétences en interne. Elles sont par contre efficaces sur ce qui concerne la renégociation de prêts consentis en interne. Sachant que de plus, un rachat de crédit n'implique pas de changement de domiciliation bancaire pour le client, la banque d'origine d'un client est d'autant plus à l'aise pour préconiser à ses clients d'aller à la concurrence pour sortir de l'ornière.

A l'issue de la restructuration, le client qui sera retomber à un taux d'endettement moindre pourra sans doute mieux honorer ses échéances et qui sait emprunter de nouveau. La banque a donc tout à gagner dans une opération de rachat de crédit !